L’activité artistique de Philippe Caillaud consiste à enfoncer des portes ouvertes mais en prenant le plus d’élan possible. Je peux vous assurer (l’ayant vu faire) qu’il bat la campagne avec beaucoup de soin et de concentration, voire avec une technique éprouvée. En tout cas en faisant preuve d’une expérience évidente. Je pense honnêtement que sa pratique est le travail le plus inutile du monde, et il y passe beaucoup de temps. Chacune de ses oeuvres est très élaborée, très détaillée et apparemment lui demande beaucoup d’efforts. Elles peuvent souvent être considérées comme de réelles performances. Perçu par certaines âmes sensibles comme un poête lui, a tendance à ne pas se considérer du tout. Il continue à suivre ses idées, contre vents et marées, surtout si elles n’ont aucun sens. Philippe Caillaud a longtemps cru qu’il était un descendant d’Alfred Jarry mais ça s’est avéré être une erreur. Il était pourtant disposé à tirer des coups de feu dans son jardin pour rendre hommage à son ancêtre. Faisant une fixation obsessionnelle et peut être compulsive sur le Mont Saint Michel, il le dessine inlassablement. Il s’est fixé comme objectif d’en réaliser 36 vues. Persuadé que les pyramides d’Égypte sont des esquisses du Mont, il pense que cette île est d’origine extra-terrestre et que la mère Poulard est un alien.

Paula Chipp Dillie

Publicités